Parentalité

Pédagogie positive : 5 conseils très simples pour mettre de la bonne humeur dans les devoirs

Pedagogie positive : 5 conseils pour les devoirs des enfants dans la bonne humeur

Pédagogie positive : conseil n° 1

Pouce !

Qui dit « devoirs » dit « droits » ! Et, en l’occurrence, votre enfant a le droit de souffler un peu. Il vient de passer 8 h en collectivité, à se plier aux contraintes de l’école, il est tout à fait normal qu’il ait envie de se reposer, de se défouler, de s’aérer, de se changer les idées. Laissez-le prendre son goûter tranquille, jouer dans sa chambre, gambader… Bien sûr, il ne s’agit pas de reporter indéfiniment l’heure de s’y coller (sinon, ça donne un sketch à la Foresti). L’idéal est de fixer dès le départ un créneau horaire pour les devoirs (« à 17h30, on s’y met ! ») et de s’y tenir !

 

Pédagogie positive : conseil n° 2

Place nette

Un peu facile de râler parce que votre enfant se tortille sur sa chaise pour regarder la télé, ou se chamaille avec son frère ou sa sœur, ou encore feuillette une BD dès que vous avez le dos tourné… Pour éviter qu’il s’éparpille, évitez toute sorte de distraction. Installez-le dans une pièce tranquille, sans écran, et veillez à ce qu’il n’y ait sur la table de travail que le strict minimum : cahiers, trousse, ardoise… Moins il aura d’opportunités de se laisser distraire, plus votre enfant pourra facilement se concentrer sur ses devoirs !

 

Pédagogie positive : conseil n° 3

Train-train

Non, non, il ne s’agit pas de transformer la séance de devoirs en partie de petit train avec son chérubin. Par « train-train », entendez « routine ». Le mieux est d’arriver à intégrer la plage des devoirs dans l’organisation de la journée, comme s’habiller, se brosser les dents… Certes, les enfants sont nombreux à protester quand on leur rappelle ces passages obligés, mais, dès le primaire, ils ont généralement intégré leur nécessité. La protestation est donc purement formelle. Esquivez et concentrez-vous sur le fond !

 

Pédagogie positive : conseil n° 4

Rideau

Toutes les bonnes choses ont une fin, même les devoirs. De même que vous aurez fixé un horaire pour les commencer, décrétez une heure pour les terminer. Normalement, en primaire, une demi-heure suffit pour les devoirs. Entendons-nous bien : une demi-heure de travail effectif. Mais, pour ne pas braquer, essayez le truc suivant : même si votre enfant a perdu du temps à râler, au début, cantonnez-vous à ces 30 minutes, et mettez un terme à la séance, même si les devoirs ne sont pas finis. Vous aurez tenu votre parole, et la pilule sera bien moins amère les jours suivants.

 

Pédagogie positive : conseil n° 5

Halte-là !

Rien n’y fait, votre enfant tempête, les séances de devoirs tournent immanquablement à la confrontation et vous vous épuisez, malgré toute votre bonne volonté ? Sachez dire stop et prendre du recul. D’abord, sachez qu’une circulaire de 1956, réactualisée depuis, interdit les devoirs écrits à la maison (OK, pas les leçons à apprendre et à réciter, mais c’est déjà ça en moins), afin de ne pas créer de source inégalitaire. Allez, respirez ! Peut-être que votre enfant prend un malin plaisir à vous faire tourner en bourrique parce qu’il sent tout l’investissement que vous projetez dans ses devoirs. Et si vous déléguiez, à votre conjoint(e), à un voisin, à un copain ou à un baby-sitter ? Cela vaut le coup d’essayer pour désamorcer le conflit. Et pendant qu’une âme charitable fera apprendre sa poésie à votre petit, jetez un œil sur ce post, auquel on ne peut que s’identifier :
http://sixinthecity.eklablog.fr/les-devoirs-a112836554

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *